Chi non ha Azzo non vada a palazzo

Comment écrire un article scientifique sans avoir sur le table une bibliographie le plus complète et relevante que possible? Est-ce qu’un écrit scientifique sans une liste détaillée et bien organisée des sources utilisés, ou au moins un certain nombre des notes explicatives a-t-il quelque valeur et peut-on le citer? Est-ce que même visiter le web et lire un blogue va-t-il avec le comportement d’un chercheur scientifique? Créer des réponses positives et constructives à ces questions est exactement le défi d’un carnet de recherche. L’auteur d’un carnet de recherche invite les gens de lui visiter dans son laboratoire, sa cuisine scientifique dans lequel on trouve plusieurs produits qui sont encore dans un phase préparatoire. Souvent on pense que seulement le résultat définitif, bien poli et se présentant dans un vêtement brillant est digne d’être publié, ou bien plus fortement, que seulement cela soit la science véritable. En effet je sais que jeter un coup d’œil derrière la porte ou le rideau est souvent très instructif.

Étudier Azo

Portrait d'Azo Porcius

Portrait d’Azo Porcius – image dans: Jean-Jacques Boissard et Theodor de Bry, Bibliotheca chalcographica, hoc est Virtute et eruditione clarorum Virorum Imagines (Heidelberg 1669) – source: Mannheimer Texte Online (MATEO), http://www.uni-mannheim.de/mateo/epo.html

Eh bien, comment écrire sur les gloses préaccursiens sans s’occuper d’Azo Porcius (autour 1150-après 1220)? Il faut bien établir un état actuel des choses avant se plonger dans l’océan du droit médiéval. Malheureusement il n’y a pas un parcours régulier et rigoreux pour se rendre compte de la situation scientifique autour d’un juriste médiéval. Les encyclopédies et dictionnaires biographiques sont parfois vieux ou donnent un regard superficiel sur la vie et les œuvres d’un auteur. Le chose le plus pénible est de constater qu’il manque souvent des travaux préparatoires pour étudier en profondeur les œuvres d’un juriste comme Azo. Les historiens de droit médiéval s’occupent très souvent avec des sources encore inédites. Même du plus grand texte d’Azo, le Summa Codicis, il n’existe pas un édition critique ni des œuvres plus petits.

Le plus souvent on semble être content de trouver une édition dans la proximité ou dans une version numérisée trouvé par hasard en ligne sans s’occuper de la qualité de cette édition, ou on prend bien une édition fac-similé sans y réfléchir. Pour Azo on trouve les fac-similes suivants:

  • Azo, Summa Codicis (Papie 1506; réimpression Turin 1966) – avec aussi l‘apparatus d’Hugolinus sur les Tres Libri
  • Azo, Summa Codicis (Venetiis 1581; réimpression Francfort-sur-le-Main 2008)
  • Azo, Lectura super Codicem (…) (Parisiis 1577; réimpression Turin 1966)

Cette été j’ai me bien occupé de dresser une bibliographie exhaustive sur Azo, mais bientôt j’ai me rendu compte qu’en effet on ne peut pas lui étudier sans le contexte des autres juristes contemporains. Dans une contribution ici j’ai déjà remarqué qu’il est difficile de attribuer un glose préaccursien à un juriste spécifique sans avoir lu plus qu’un manuscrit avec les mêmes gloses et le même sigle, l’indication abrévié d’un nom. On a parfois attribué à Azo des gloses qui étaient en vérité signés „Baz.“ En effet il y a eu une petite bataille scientifique sur l’identité du juriste utilisant – ou caché par – cette abréviation!

L’entourage juridique

Étudier Azo c’est étudier le contexte des juristes en travail sur les textes du droit romain à l’université de Bologne et ailleurs. Au lieu de mettre sur mon blogue la liste des articles et livres qui concernent au premier lieu Azo il faut aussi regarder le milieu autour de lui. Une liste peut donner une impression fausse de sécurité, comme le fin d’une quête qui à vrai dire sera jamais fini, bien que sur cette liste brillante on trouve des publications rassemblés de partout. Avec la création d’un dossier bibliographique on ajoute un outil bien important, mais presque toujours cela n’est pas en soi le but d’un projet de recherche, plutôt seulement un étape. Éditer et commenter les gloses préaccursiens n’est pas fini quand on a créé un tableau des gloses nettement rempli des renvois aux juristes qui ont contribué un ou plusieurs gloses. Un manuscrit avec un, deux ou trois couches des gloses se trouve dans l’océan des manuscrits juridiques du Moyen Âge. Il faut s’occuper des gloses préaccursiens in vivo, c’est à dire dans leur contexte, et pas seulement in vitro, isolé comme un objet dans un musée ou un laboratoire. Il faut se plonger dans le réseau des juristes, leurs activités et écrits, et reconstruire ou au moins esquisser ce réseau.

Chi non ha Azzo non vada a palazzo: qui n’a pas Azo ne peut pas aller au palais de justice. Dans ce proverbe le point n’est pas seulement de connaître les opinions, l’enseignement et les œuvres d’Azo, mais qu’il faut être comme les juristes qui sont chargé de faire justice. Entrer vraiment dans leur comportement, dans leurs attitudes est le défi des historiens de droit, est nécessaire pour pouvoir répondre les questions autour les gloses avant la composition de la Magna Glosa, l’apparatus complet des gloses compilé et rédigé par Accursius.

Sans aucun doute Azo restera dans un certain sens un juriste énigmatique: il manque d’information exacte et vérifié sur le plupart de sa vie. En ce regard il est séduisant de s’imaginer d’arriver à quelques réponses nouvelles, mais la priorité est de situer Azo dans le milieu universitaire de Bologne et autres universités en train comme lui de réutiliser le droit romain pour la société de leur temps. Pourquoi créer des gloses? Pourquoi choisir cette forme? Comment comprendre leur valeur en vue des autres genres juridiques? Si on ne pose pas aussi des questions sur ce plan on se perdra au forêt des gloses juridiques de ce période. Alors je n’ai pas suivi une voie complètement égarée en cherchant des publications sur Azo, mais avoir une bibliographie actuelle sur lui est surtout un aide en route pour lui rendre justice quand on lui retrouve pleinement et le plus vivant au milieu des autres juristes. Face à cette situation il va presque sans dire que le manuscrit à Utrecht n’est pas le seul témoin à étudier et presenter ici.

Post-scriptum

Sur le site Bio-Bibliographical Guide to Medieval and Early Modern Jurists (Ames Foundation et Harvard University) on trouve maintenant un dossier très étendu sur Azo écrit par Kenneth Pennington (Catholic University of America, Washington, D.C.), avec une bibliographie excellente.

Zusammenfassung

Die Erforschung der Azo zugeschriebenen Glosen kann nicht der einzige Gegenstand der weiteren Entdeckung seines Lebens sein. In diesem Beitrag wird dazu ermuntert ihn und andere mittelalterliche Juristen im Kontext ihrer Zeit und Aktivitäten zu erforschen statt ein einzigen Jurist oder eine vereinzelte Handschrift im Mittelpunkt zu stellen. Es ist weniger sinnvoll um eine nur scheinbar vollständige Bibliographie zum einem mittelalterlichen Jurist herzustellen, weil eine derartige Bibliographie hier nur als Hilfsmittel dienen kann und nur eingeschränkt als eigenes und unabhängiges Forschungsziel wertvoll ist.

Samenvatting

De bestudering van preaccursische glossen loopt het gevaar zich te verliezen in de toeschrijving aan juristen van afzonderlijke glossen in één handschrift. Een jurist als Azo valt slechts zinvol te bestuderen wanneer men hem bekijkt in de context waarin hij leefde en werkte, als jurist tussen andere juristen die zich inspanden het Romeinse recht opnieuw bruikbaar te maken. Een bibliografie van studies met betrekking tot Azo kan slechts een hulpmiddel zijn om hem in breder verband te plaatsen, en vormt slechts in beperkte mate een zelfstandig waardevolle zaak.

Summary

The study of preaccursian glosses cannot detach itself from the study of medieval lawyers in general. However great the fame of Azo it does him more justice to place him well within the context of his time, his colleagues and activities, in short, not to look at him in isolation. The very glosses he wrote form a part of a much wider activity aiming at a new use of Roman law for his own time. Creating a bibliography which focuses solely on Azo can give a false impression of completeness and reliability.


Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.